Le C. V. vidéo : effet de mode ou vraie tendance ?

Le C. V. vidéo : effet de mode ou vraie tendance ?

Le CV vidéo est une nouvelle façon de postuler sur le marché de l’emploi. Les partisans soulignent le gain de temps et l’efficacité accrue du recrutement. Les détracteurs disent préférer 100 CV structurés sur papier à 10 vidéos amateur. Mais que vient vraiment ajouter la vidéo au processus de recrutement ? HR Topics a réuni 3 experts autour de la table.

Dans un CV vidéo, un candidat se présente à un futur employeur dans un petit film concis mais intense. Un CV vidéo ne remplace pas le CV écrit, il complète une candidature classique. Exitcampus est un nouveau site Web où les entreprises et les jeunes diplômés se présentent au moyen d’une vidéo. Ron Maes, fondateur du site Web : « Vous n’avez qu’une seule chance de faire une  première bonne impression. Un puissant clip sur vous-même est donc une façon de vous démarquer. »

« Lorsque cette présentation vidéo est insérée dans une plate-forme de recrutement en ligne, elle offre des perspectives intéressantes pour les recruteurs et les demandeurs d’emploi », explique Jamila Ben Azzouz, qui est l’une des personnes  qui a contribué au lancement de Facejobb, une nouvelle plate-forme de recrutement en ligne basée sur   la vidéo-présentation. « Parce que cette présentation facilite le processus de recrutement et enrichit le premier contact entre le candidat et le recruteur. »


 

Les vidéos vont-elles nous permettre d’améliorer le recrutement ? Et une vidéo rend-elle le processus de recrutement plus efficace ?
Jamila Ben Azzouz : « Dans une vidéo, vous exprimez d’une façon très personnelle qui vous êtes et de quoi vous êtes capable. Les recruteurs ont de ce fait une image plus complète du candidat. Et la sélection en devient plus  vivante. Vous pouvez prendre des décisions plus rapides quant aux candidats à retenir. Et vous perdez moins de temps dans des entretiens avec des candidats qui ne conviennent pas. » Lut Laleman, Equal Treatment Coach chez Randstad : « Un employeur peut tirer d’un CV vidéo des informations supplémentaires directement liées aux compétences recherchées. Le candidat est-il capable de s’exprimer facilement dans un langage convenable ? Le candidat sera-t-il bien perçu dans les contacts avec la clientèle ? … C’est un avantage. »

Mais il y a aussi un revers. Car ce phénomène n’ouvre-t-il pas la porte à une sélection basée sur l’apparence physique ?
Le risque de se laisser guider par l’apparence d’une personne et l’impression qu’elle donne est en effet bien réel. Les recruteurs ne sont en fin de compte que des hommes. Quelqu’un qui présente moins bien aurait alors moins de chances d’être retenu. « Non, au contraire », dit Jamila Ben Azzouz. « En voyant les candidats « en action », on risque moins de se laisser guider par des préjugés basés sur le nom, l’âge, l’origine, le sexe, un CV non représentatif ou un parcours professionnel atypique.» Ron Maes : « Si vous tombez sur le CV de Mohammed Al Dura dans une pile de candidatures, quelle est la probabilité que vous mettiez son CV de côté ? Si vous entendez ce même Mohammed s’exprimer dans un français ou un néerlandais impeccable et que vous voyez une personne sympathique, dynamique, passionnée et à première vue taillée pour le job, vous l’inviterez à un entretien, non ? » Lut Laleman : « On ne peut bien sûr pas écarter des candidats sur la base de leur apparence extérieure ou physique. Ce serait du reste manquer totalement de prévoyance. Surtout avec la guerre des talents qui frappe de nouveau durement. Un employeur est en effet à la recherche d’un candidat compétent et capable d’accroître la rentabilité de l’entreprise, conformément aux valeurs de l’entreprise. Et cela n’a évidemment rien à voir avec les critères susmentionnés. »

La concordance entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi a évolué. Les recruteurs suivent-ils encore ?
Ron Maes : « Les organisations et les candidats visent de plus en plus « l’adéquation » entre  la personne et l’entreprise. Il faut que ça colle. Les candidats veulent savoir dans quel milieu ils vont se retrouver. Les recruteurs veulent être sûrs que le nouveau venu correspondra à la culture de l’entreprise. La question « cette personnalité conviendra-t-elle à mon entreprise ? » est devenue plus importante que la question « cette personne répond-elle à tous les critères de sélection ? ». Une vidéo permet au recruteur de voir très vite si ça peut marcher. Les modes actuels de recrutement sont du reste souvent en porte-à-faux avec la façon dont les jeunes et la génération Y utilisent les moyens de communication modernes. Sur le plan de l’utilisation créative des médias, du recours à de nouveaux médias et du réseautage social, le processus de recrutement a encore un sérieux abîme à combler. »

Quels sont les inconvénients des CV vidéo ?
Jamila Ben Azzouz : « Les détracteurs prétendent qu’un candidat se présente autrement devant une caméra que dans la réalité. Mais dans un premier entretien d’embauche, un candidat cherchera aussi à faire la meilleure impression possible. Et cette attitude est inhérente à toute candidature. Certains recruteurs disent aussi qu’il est plus facile de parcourir un CV structuré que de regarder un film. La vidéo ne remplace pas le CV mais le complète. » Ron Maes : « On entend parfois dire qu’un CV vidéo est surtout intéressant pour les personnes extraverties qui postulent pour des fonctions axées sur le contact avec le client. Selon moi, une vidéo peut être une carte de visite intéressante pour tout le monde. Comme on a aujourd’hui sa photo d’identité sur soi, tout le monde aura peut-être demain son petit film de présentation sur son GSM. Il n’y a déjà plus de barrières techniques. » Lut Laleman : « Je vois encore un autre inconvénient. Une vidéo amateur peut être plus préjudiciable que profitable au candidat. »


Lut Laleman (Equal treatment coach bij Randstad)

Quels sont les plus gros pièges pour le recruteur ?
Ron Maes : « Les CV vidéo ne peuvent être un prétexte à un processus de recrutement rapide et superficiel. » Lut Laleman : « Le rôle d’un bon intermédiaire RH reste plus que jamais nécessaire. Et est en tout cas plus important que n’importe quel CV vidéo, même bien ficelé. Un bon consultant ne se laisse pas guider par des préjugés basés sur l’apparence physique, il étudie les aptitudes, les compétences et l’attitude. Une adéquation réussie suppose en outre une certaine connaissance du contexte de l’entreprise. Le client et le consultant qui se connaissent et se font mutuellement confiance forment une base solide pour un recrutement fructueux. » Ron Maes : « Pour vraiment apprendre à connaître un candidat, des entretiens et des tests restent bien sûr nécessaires. Une présentation vidéo n’est donc pas la panacée, mais elle apporte  un plus. Elle rend le processus de recrutement plus captivant, plus varié et plus moderne. » « Et elle ravive la dynamique entre les candidats et les recruteurs », conclut Jamila Ben Azzouz.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s